A la Une (2)


DSC 0685-min

 

 

Accueil

Cap Plein SUD IDF Janvier 2019

Édito

«C’est très violent », « C’est d’une extrême violence ». Les éloges n’ont pas tari suite à notre dernière publication sur la promotion du directeur de Stains. La violence, et la dénonciation de la violence, c’est très tendance en cette période de manifestations des Gilets Jaunes. Et la directrice régionale ne s’est pas privée de s’en prendre à un de nos élus lors de la réunion du CRE de novembre pour lui dire tout le mal qu’elle pensait de la violence verbale qu’il y avait dans notre texte (sic). Dont acte ! 

À ceci près que la violence, tout comme la délinquance avec laquelle elle rime, peut aussi s’exercer en col blanc. Eh oui, la violence en col blanc, ça existe et c’est tous les jours qu’elle se manifeste. Ainsi, quand un directeur, prenons celui de Stains comme exemple, convoque les 4 salariés d’un groupe de travail, et annonce à 1 des 4 que c’est lui qui va être licencié, et pas un autre, ben ça, c’est de la violence. Mais rendons lui grâce, il n’est pas le seul : tous les salariés à qui l’on a dit qu’ils seront licenciés, alors même que le processus vient à peine de commencer, sans prendre la peine d’utiliser un conditionnel qui pourtant est de mise tant rien n’est moins sûr que l’aboutissement du projet de la direction de l’AFPA, tous ces salariés peuvent se dire victimes de la violence. Et celle-là, elle est autrement plus destructrice que le fait de se voir promu directeur régional et que ça fasse la une d’une publication syndicale. Car en effet, combien de familles vont être détruites si le plan va jusqu’au bout ? Et pas seulement les familles des salariés, mais également les familles de tous ceux qui comptent sur l’AFPA pour les sortir du chômage. Car oui, comme en témoignent les anciens stagiaires sur la pétition en ligne, c’est bien grâce à l’AFPA, la qualité de ses formations et le professionnalisme de ses salariés qu’ils ont pu rebondir, s’en sortir, …

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf décembre 2018 janvier 2019.pdf)cap plein SUD Idf décembre 2018 janvier 2019.pdf[ ]258 Kb

Communiqué de l'intersyndicale 18 12 2018 suite à la rencontre au ministère du travail

Les OS ont rencontré Antoine Foucher, le Directeur de cabinet de Muriel Pénicaud le lundi 17 décembre.

Après lecture de notre intervention liminaire intersyndicale ci-jointe, et un échange nourri de plus de 1H30, M. Foucher a pu identifier plusieurs points sur lesquels il doit, après examen, nous apporter des éléments d’appréciation.

Le sentiment de l’intersyndicale, dans son ensemble, est qu’il a été surpris par les éléments de dysfonctionnements présentés par le tour de table, qu’ils soient internes ou liés aux procédures d’achats des formations par les Conseils Régionaux…

En effet, M. Foucher a reconnu que les différents exposés, mettaient en évidence ‘‘plein de choses justes’’, qui méritaient de son point de vue, des éclaircissements :

  • Il faut assurer une présence territoriale et pour ce fait il allait s’assurer que ce projet ne proposait pas un recul du Service Public de la Formation (tous organismes de formation confondus) notamment sur les territoires ruraux.
  • Face à nos arguments qualitatifs de la formation professionnelle à l’AFPA, il a opposé ses arguments quantitatifs justifiant ainsi la supposée performance économique des Appels d’Offres. Par contre, il se dit prêt à aller regarder de manière plus précise, pour vérifier que tous les besoins de formation soient couverts par le projet (le soudage dans l’est, le froid sur tout le territoire dont Pays de la Loire, …). La réponse se doit d’être faite, sur ce sujet dans le projet de restructuration.
  • Il s’engage à poursuivre la réflexion pour éviter la concurrence entre les entités CNAM, GRETA et AFPA dont il reconnaît la complémentarité, dans l’objectif d’aboutir à un système global.
  • Il s’engage à explorer toutes les modalités d’achat de formations au niveau des Conseils Régionaux (SIEG, SSIG, DSP, AO nationaux, Financement inter-régionaux…)
Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Communiqué intersyndical 18_12_2018.pdf)Communiqué intersyndical 18_12_2018.pdf[ ]69 Kb

Rencontre du 17 décembre 2018 avec le Directeur de Cabinet du Ministère du Travail Antoine Foucher

Texte intersyndical d’introduction

Les Organisations Syndicales CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC de l’AFPA vous remercient d’avoir donné suite à la demande exprimée le jeudi 6 décembre devant M. Patrice IVON de pouvoir aborder avec vous le volet politique du devenir de l’AFPA.

Le contexte :

L’ordonnance N° 2016-1519 du 10 novembre 2016 a transformé l’Association en EPIC avec la création de deux filiales, la filiale ‘‘Accès à l’emploi’’ et ‘‘Entreprises’’.

La Loi fixe les missions de service public de l’EPIC AFPA :

. Il participe à la formation et à la qualification des personnes les plus éloignées de l’emploi et contribue à leur insertion sociale et professionnelle.

. Il contribue à la politique de certification menée par le ministre chargé de l’emploi.

. Il contribue à l’égal accès des femmes et des hommes à la formation professionnelle et à la promotion de la mixité des métiers.

. Il contribue à l’égal accès, sur l’ensemble du territoire, aux services publics de l’emploi et de la formation professionnelle.

L’Établissement Public AFPA agit donc sur une mission issue du champ constitutionnel, pour laquelle les Organismes de Formation Privés ne sont pas en capacité de s’engager à hauteur des complexités à gérer afin d’obtenir le retour à l’emploi de près de 70% des usagers formés, dans des conditions acceptables et égalitaires pour tout citoyen issu de tout territoire. 

Soutien de Solidaires aux actions de défense de l'AFPA

solidaires

Motion du Bureau national SOLIDAIRES du 13 décembre 2018 / AFPA  

Le Bureau national de l’Union syndicale SOLIDAIRES, réunie le 13 décembre 2018, a pris connaissance du projet de licenciements dits économiques fomenté par le gouvernement néolibéral contre l’AFPA.  

Depuis sa création en 1949, l’AFPA, Agence nationale de formation professionnelle des adultes, est l’outil national de formation qualifiante des demandeur-euses d’emploi, sur l’ensemble du territoire. Un-e actif-ve sur huit en France est formé-e par l’AFPA, qui forme
près de 150 000 personnes par an, avec un taux de réussite supérieur à 80% aux titres professionnels et un taux d’accès à l’emploi de 66% dans les 6 mois qui suivent la formation.

L’Intersyndicale CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC renforcée par la forte mobilisation des salariés

La Directrice Générale a reconvoqué le 11 décembre, les Organisations Syndicales en vue d’une « Reprise de la négociation nationale ».

Les Organisations Syndicales Représentatives CGT, CFDT, FO et SUD, présentes à cette réunion ont réaffirmé leur position commune : ce projet est inacceptable. Elles refusent d’être cosignataires d’un plan de licenciement de près de 2000 salariés et destructeur du maillage territorial sans apporter, au final, de garantie de pérennité de l’activité de l’AFPA.

De plus, grâce à la forte mobilisation du personnel, contre ce projet, à l’appel des Organisations Syndicales CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC, le 6 décembre dernier, nous avons obtenu une rencontre le 14 décembre, avec le Directeur de Cabinet du Ministère du Travail en vue d’obtenir des engagements politiques sur le développement de l’activité de l’AFPA, le maintien du maillage territorial et des emplois.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Communiqué intersyndical 11_12_2018.pdf)Communiqué intersyndical 11_12_2018.pdf[ ]76 Kb

RPS : L'Afpa est déboutée de sa plainte contre l'expert psychiatre

Suite de l'article "Poursuivre l'expert psychiatre en justice, la méthode radicale de l'Afpa pour empêcher la propagation des RPS" (lien) publié en octobre dernier …

La Nouvelle république s'en était fait l'écho : "L'Afpa contestait en justice le témoignage de l'expert psychiatre qui attestait de la maltraitance de la hiérachie de l'Agence".  Le verdict vient de tomber.

Poitiers: accusé d'un certificat de complaisance, le psychiatre Chavagnat blanchi

(La nouvelle République le 11/12/2018)

La chambre disciplinaire de l’ordre régional des médecins des Pays de la Loire a rejeté la plainte de l’ordre des médecins de la Vienne. Ce dernier reprochait au psychiatre poitevin Jean-Jacques Chavagnat d’avoir « manqué de prudence » dans la rédaction de deux certificats médicaux.
En 2014, puis en 2016 lors d’une « rechute », ce spécialiste de la souffrance au travail avait en effet imputé la dépression de l’ancienne responsable des ressources humaines de la direction régionale de l’Afpa (Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes) à une « maltraitance indiscutable » de la part de sa hiérarchie.

Versant SUD Auvergne Décembre 2018

"Ca ne pouvait pas durer" ou petite histoire de comment on en est arrivé là.

Alors qu’a été annoncé le 18 octobre dernier le projet de fermeture du centre du Puy en Velay (28 salariés encore rattachés) il semble intéressant de faire un petit retour historique sur comment on en est arrivé là ‘ ….et au passage de prouver qu’à l’AFPA à coté de ‘Prepa Compétences, il y a ‘promo incompétences’ .

Car sous ce titre emprunté à nos camarades d'Ile de France qui constate le même phénomène, se cache la triste réalité du management du centre du Puy en Velay depuis des années …attention : ce que vous allez lire là va sans doute vous amener à vous dire "bah mince alors, c'est aussi le cas dans mon centre" c'est normal c'est un phénomène national.

 Donc Le centre du Puy en Velay a connu jusqu'en 2010 environ de fastes heures. Créé en 1977, il a accueilli jusqu'à 200 stagiaires....Evidemment, c'était la période faste nous dira t on ...La subvention tombait....et on formait !

 Avec l'apparition des appels d'offres vers 2009, il était important de préparer le virage et de nommer un (ou une) meneur d'hommes, un fin communiquant et surtout un bon promoteur de l'AFPA... On ne fut pas déçu....On nous envoya D. Ramos.....Il restera surtout célèbre pour sa pratique du tango, beaucoup moins pour son action au centre, quoiqu'il ait utilisé avec application sa capacité à esquiver les problèmes comme on virevolte autour de sa partenaire de danse argentine.....

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (versant sud decembre 2018.pdf)versant sud decembre 2018.pdf[ ]147 Kb

Les chansons de la manifestation du 6 décembre 2018

Sur l’air de « la Carmagnole »

Mme D’Artois l’avait promis

Mme D’Artois l’avait promis

De fermer le centre du Puy

De fermer le centre du Puy

 

Mais le coup a manqué

C’est grâce aux salariés

Ensemble nous pouvons

Battre le plan, battre le plan

Ensemble nous pouvons 

Battre le plan d’licenciements

 

Monsieur Mettot s’l’était juré

Monsieur Mettot s’l’était juré

De fermer le centre d’Angers

De fermer le centre d’Angers

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Chansons Manif.pdf)Chansons Manif.pdf[ ]248 Kb

Déclaration intersyndicale à la DG D'Artois AFPA

Déclaration de l’intersyndicale CGT, CFDT, FO et SUD à la Directrice Générale lors de la réunion du 11 décembre 2018 à Montreuil.

Par lettre en date du 29 novembre 2018 dont l’objet est « Reprise de la négociation nationale », vous proposez, suite au CCE du 29 novembre 2018 et à la réunion d’ouverture de négociation du 5 novembre dernier, de nous réinviter à une reprise de la négociation conformément aux dispositions du Code du Travail.

Vous fixez un ordre du jour de cette réunion qui doit se tenir, ce jour, le 11 décembre 2018 de 14h30 à 18h00.

Cette démarche nous surprend à plus d’un titre :

  • Vous faites tout d’abord état d’une reprise de la négociation alors même qu’il n’y a jamais eu de négociation sur le sujet.
  • Vous fixez ensuite un ordre du jour de cette réunion aux termes duquel vous entendez parler d’un calendrier de négociation, d’une définition et d’un séquencement des termes à aborder séance par séance et de la coordination avec la procédure d’information/consultation des instances représentatives du personnel.

Il va de soi que nous ne pouvons accepter une telle réunion.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (18-12-11 Déclaration de l'intersyndicale.pdf)18-12-11 Déclaration de l'intersyndicale.pdf[ ]64 Kb

6 Décembre 2018 l’AFPA unie pour défendre ses emplois et son avenir

image manif 06122018

L’AFPA UNIE POUR DEFENDRE SES EMPLOIS ET SON AVENIR !

MERCI A TOUS

A l’appel de l’intersyndicale CGT, CFDT, FO, SUD Solidaires et CFTC, les salariés venus de toute la France se sont fortement mobilisés lors de la manifestation nationale du 6 décembre 2018 à Paris. Le cortège, très animé et fier d’être rassemblé, a été salué par de nombreux témoignages de soutien tout au long du parcours.

Afin de dénoncer un projet vide de perspectives pour l’AFPA et destructeur pour nos emplois, près de 2000 manifestants – soit près d’1 salarié sur 3 ! - ont rejoint la rue de Grenelle, avec le soutien de tous les salariés des établissements qui étaient en grève et ne pouvaient pas se déplacer pour des raisons diverses. Une délégation intersyndicale a été reçue par Patrice IVON, conseiller en charge des mutations économiques au sein du cabinet de Muriel Pénicaud. L’intersyndicale avait demandé à être reçue par Madame la Ministre ou son Directeur de Cabinet, Antoine Foucher. En effet, la situation impose à l’état de prendre toutes ses responsabilités en clarifiant ce qu’il veut faire à terme de son établissement public de formation professionnelle, membre du Service Public de l’Emploi, et avec quels moyens.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (18-12-06 manif du 6 VF.pdf)18-12-06 manif du 6 VF.pdf[ ]163 Kb

Page 1 sur 73

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates