A la Une (2)

Les salariés de l'AFPA envahissent la salle de réunion du CCE le 7 novembre.

La DG D'Artois sans réaction

personnel-7-11-18-rd-tr dg-et-drh-avec-texte-tr

 

 

Accueil

"1550 suppressions de postes", l'Afpa choisit la stratégie du choc

[lire la version PDF]

plan-01

Après une interminable attente, les premières annonces d'un plan de restructuration sont tombées en fin de semaine dernière. Ce sont des mesures d'économies bien plus massives que prévues qui menacent nos emplois. Alors que deux lourds pavés d'information étaient envoyés aux membres du CCE et des CRE, les salariés étaient déjà la cible d'un plan de communication pré-orchestré. 

Au stress de l'attente succède le choc des chiffres et la promesse de profond bouleversements. Une nouvelle fois la direction de l'Afpa élabore en vase clos la solution à ces déboires.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (strategieduchoc.pdf)strategieduchoc.pdf[ ]225 Kb

Message de l'intersyndicale à la DG en date du 24 octobre 2018

Madame la directrice générale,

Les organisations syndicales, CGT-CFDT-FO et SUD, vous demandent de faire cesser immédiatement les entretiens formels ou informels concernant les suppressions d’emplois. Entretiens au cours desquels il est signifié au salarié concerné que son poste est supprimé et qu’il serait de sa responsabilité  de se trouver  une solution.

Vous semblez ignorer les conséquences que ces annonces peuvent avoir sur les salariés qui apprennent sans ménagement qu’ils vont-être  licenciés.

Les organisations syndicales CGT-CDFT-FO et SUD, vous rappellent qu’il est de votre devoir de préserver la santé physique et mentale de vos salariés.

En outre, ces informations diffusées auprès du personnel relèvent  d’une entrave au fonctionnement des instances.

Cap Plein SUD IDF Octobre 2016

Edito

Jamais 2 sans 3 ! Voici donc le troisième projet de plan d’entreprise pour l’AFPA qui prévoit de supprimer des emplois. Après celui de Boissier et celui de Caïla, y’avait pas de raison que la dégère d’Artois n’essaie pas de placer le sien. Alors oui, il faut le reconnaître, elle a bénéficié des erreurs de ses prédécesseurs et elle a construit le sien avec beaucoup plus de finesse, notamment au niveau du plan de com’. Tout d’abord, laisser infuser la dette de l’AFPA dans les têtes : « Vous vous rendez-compte, plus de 700 millions d’euros de dette à l’AFPA, il faut faire quelque chose ».

Ensuite, et c’est là la différence avec les précédents : ne rien laisser fuiter du projet jusqu’à sa présentation officielle ce 18 octobre, allant jusqu’à faire signer une clause de confidentialité aux DR. Quel meilleur teaser pour générer l’envie de savoir, fantasmer sur les mesures qui vont être prises…

Et là, paf !!! Le document est transmis aux élus du CCE, contre signature. Et attention, c’est du lourd : 1400 pages, sorte d’annuaire des licenciés, qui racontent par le détail ce qui va arriver à chacun de nous. Chaque salarié de l’AFPA, et histoire de déshumaniser tout ça, on ne parle pas de salarié mais de poste, chaque salarié donc peut se retrouver dans l’annuaire et savoir quel sera son avenir par rapport à l’AFPA.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (cap plein SUD Idf octobre 2018 V2.pdf)cap plein SUD Idf octobre 2018 V2.pdf[ ]287 Kb

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL CGT-CFDT-FO-SUD et CFTC - 23 OCT 2018

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL CGT-CFDT-FO-SUD et CFTC 

Ils veulent la mort de l’AFPA !
Avec les salariés, l’Intersyndicale AFPA se battra
jusqu’au bout pour ne pas les laisser faire ! 

Les annonces du 18 octobre 2018 sont d’une violence extrême :

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2018-10-23-ComIntersyndicale aux salariés-.pdf)2018-10-23-ComIntersyndicale aux salariés-.pdf[ ]207 Kb

La saignée massive utilisée comme remède

saignee

L'Association devenue Agence... passe à l'abattoir !

Ce sont 1 541 postes que l'AFPA compte supprimer, 454 postes qu'elle compte modifier et 603 postes qu'elle compte créer. 38 centres pourraient être fermés. Si les salariés n'acceptaient pas les modifications proposées, ce serait 1 995 licenciements économiques qui seraient menés. A titre de comparaison, il y a en France des centaines de petites villes dont la population tourne autour de  2 000 habitants...Une ville rayée de la carte...des milliers de vie touchées, gâchées, blessées à vie.

Ces effectifs sont cohérents avec l'annonce de Pénicaud de 550 suppressions d'ETP pour 2019 puisqu'une partie des licenciements économiques n'interviendrait que début 2020...

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (saignee.pdf)saignee.pdf[ ]129 Kb

Communiqué des élus suite au CCE extraordinaire du 18 octobre

Ce matin, la directrice générale de l’AFPA a présenté son projet de nouveau modèle organisationnel de l’AFPA qui s’accompagne d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi. Un document de 1400 pages leur a été remis en séance.

Au total, la direction envisage : la fermeture de 38 sites, la suppression de 1541 emplois, la modification de 454 postes et la création de 603 postes.

Après ces annonces, inacceptables et brutales, une délégation des élus du CCE s’est invitée à la réunion du Conseil d’Administration et ont lu une déclaration (ci-jointe). Au cours des échanges, les élus du CCE ont découvert que la presse relayait déjà massivement ces informations, et qu’un Président de Conseil Régional – et par ailleurs administrateur - avait annoncé publiquement les fermetures des centres de sa région… Alors que la plupart des administrateurs n’avaient pas encore été informés.

Après une consultation sur les orientations stratégiques, au cours de laquelle la direction a toujours refusé de répondre à nos questions répétées en termes de conséquences sur l’emploi, sur l’activité et sur les organisations, les élus du CCE ont découvert en séance les intentions de la direction au travers d’un projet d’ampleur et très détaillé, très certainement travaillé depuis des mois, dans le plus grand secret, par la direction générale.

Le projet présenté aujourd’hui ne semble avoir d’autre objectif que de gérer la décroissance de l’AFPA, ce qu’aucune de des délégations syndicales au CCE ne peut accepter.

Communiqué des organisations syndicales CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC de l’AFPA à l’attention des salariés

Communiqué des organisations syndicales CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC de l’AFPA à l’attention des salariés

NON aux fermetures ! NON aux licenciements !

Un contexte complexe et trouble :

Ce 18 octobre, à la même heure, sont convoqués un conseil d’administration et un comité central d‘entreprise où sera remis un PROJET DE REORGANISATION DE L’AFPA.

Les organisations syndicales CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC ont bien compris que des négociations devraient s’ouvrir dès novembre, portant sur les mesures sociales d’accompagnement. La direction générale a déjà décrit ce plan comme étant « un choc à venir pour les salariés ».

Après les orientations stratégiques adoptées par le Conseil d’Administration du 3 avril 2018, l’heure est aux annonces des premières mesures.

La directrice générale de l’AFPA avait alors évoqué l’étape suivante : un travail de préparation d’un plan d’actions, avec les ministères, potentiellement en lien avec l’élaboration du Contrat d’Objectifs et de Performance (COP).

Entre plan d’entreprise, plan d’actions, contrat d’objectifs et de performance, plan stratégique il y a de quoi s’y perdre !

Aujourd’hui, la direction générale prétend nous expliquer COMMENT sans que l’on sache POUR QUOI FAIRE ? Elle veut nous imposer une réduction violente de nos moyens sans que l’on connaisse les objectifs ! La charrue avant les boeufs !

Recette de management : le plan 550

paln550-1

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (recette-550-1.pdf)recette-550-1.pdf[ ]119 Kb

Air France : la CFE-CGC se bat… contre l’augmentation des salaires

On a les mêmes à l'AFPA...Voilà ce dont ils sont capables...

Air France: la CFE-CGC se bat… contre l’augmentation des salaires

Le syndicat CFE-CGC qui demande expressément à Air France de ne pas augmenter les salaires, à deux jours de l'ouverture des négociations avec la direction, cela a de quoi interloquer les syndicats réunis en intersyndicale. Cette affaire baroque, dévoilée par Mediapart, est symptomatique du climat social au sein de la compagnie aérienne.

Mercredi 17 octobre, les syndicats d’Air France sont invités à venir négocier une possible augmentation des salaires, première éclaircie possible après une grève dure menée au printemps dernier qui a mis les avions à l’arrêt pendant quinze jours et fait perdre 335 millions d’euros à la compagnie. Vu les relations plus que fraîches entretenues jusqu’ici par la majorité des syndicats et la direction, l’enjeu semble majeur.

La CFE-CGC, première force syndicale de la compagnie française, a annoncé la couleur dans un message envoyé au nouveau PDG, le Canadien Benjamin Smith, message que Mediapart a pu consulter. Sa position est pour le moins surprenante. Surtout concernant l’augmentation des salaires : « ne pas donner raison à l'intersyndicale par un quelconque geste », écrit ce syndicat. Et si geste il y a, prière d’attendre « la fin de l’année », pour ne pas « mettre en péril les syndicats responsables comme le nôtre… ». Dans le cas contraire, « notre syndicat ne sera plus là pour vous accompagner », menace Bernard Garbiso, secrétaire général de la CFE-CGC à Air France.

DECLARATION DU CCE AFPA du 11 et 12 octobre 2018

DECLARATION DU CCE
Monsieur le président du CCE,
Le contexte dans lequel se déroule ce CCE est totalement surréaliste.
En effet, vous convoquez pour le 18 octobre, dans une semaine, un CCE extraordinaire ayant pour ordre du jour : “Remise en séance de documents relatifs à un projet de réorganisation de l’AFPA”. Un projet qui découle des orientations stratégiques adoptées par le conseil d’administration, qui prévoient entre autres : des fermetures de centres, des fermetures de formations, une réorganisation des fonctions support siège et DR. Dès le lendemain le 19 octobre, vous avez convoqué des CRE extraordinaires dans chaque région.

Lors de ce CCE nous devions, entre autres, aborder les orientations de la politique de formation des salariés 2019. Quel décalage ! En effet comment décemment continuer à échanger sur des sujets qui seront, pour la plupart, percutés de plein fouet par les annonces de la direction, qualifiées de ‘choc’ par la directrice générale ?

Notre avenir est entre les mains d’un Conseil d'Administration sous contrôle de l’Etat, et dont certains membres ont avoué découvrir les difficultés de l’AFPA dans la presse. Ainsi le CCE attend toujours ses réponses sur les orientations stratégiques.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Declaration CCE 11 12 10 18.pdf)Declaration CCE 11 12 10 18.pdf[ ]203 Kb

Page 3 sur 73

Cahier revendicatif Solidaires

cahier revendicatif Solidaires

"Le système néolibéral  affaiblit progressivement le pouvoir politique (démocratie), au profit du pouvoir économique et financier (oligarchie). En favorisant ainsi le pouvoir de l'argent, on enlève au peuple toutes possibilités d'actions sur son destin. La démocratie devient virtuelle."
 
Syndicat SUD FPA Solidaires - Tour Cityscope, 3 rue Franklin -  93100 Montreuil -  01 48 70 52 18
2012 - Développé avec Joomla et BC
Free business joomla templates