Avenir de l'Afpa : en Midi Pyrénées, le président du CESER, Chauzy, intervient

Publié sur la depeche.fr le 01/12/2012

Toulouse/Une semaine après la manifestation nationale des formateurs, et alors que l'État n'a pas encore confirmé sa volonté de sauver l'Afpa en la recapitalisant à hauteur de 200 millions d'euros comme le demande son président national Yves Barou, le comité économique social et environnemental régional (Ceser) a apporté hier son soutien de principe à l'Afpa Midi-Pyrénées. Une Afpa régionale qui comme en 2011 termine cette année son exercice avec un déficit de 2 millions d'euros soit 2,6 % des 75 millions d'euros du déficit cumulé dans les 22 régions.

Ce trou financier résulte de la mise en concurrence de l'Afpa avec les autres organismes de formation professionnelle, et du transfert brutal de son financement de l'État aux régions en 2009, expliquent en substance les responsables nationaux et locaux de l'Afpa.

Du président du Ceser, à Émile Pérez, directeur de l'Afpa Midi-Pyrénées, en passant par les organisations syndicales, personne ne remet d'ailleurs réellement en cause ce diagnostic et le traitement de choc qui s'impose. Mais si tout le monde s'accorde pour demander à l'État de recapitaliser l'Afpa, et accepte globalement les économies imposées par le plan de refondation qui doit permettre un retour à l'équilibre financier en 2015, le transfert par la région des financements des stages de maçonnerie, plomberie, électricité et génie climatique à des organismes de formation privés, occasionnant du même coup un manque à gagner estimé à 1,4 million d'euros pour le centre Afpa du Palays, ne fait l'affaire ni des organisations syndicales, ni du directeur.

Ce dernier a beau invoquer des raisons «techniques» à ce choix, il n'en continue pas moins à «discuter avec le conseil régional» pour tenter de trouver des solutions.

Ces raisons techniques, évoquées par le directeur, sont notamment liées à des directives européennes prises en matière de formation. Elles obligent en effet le conseil régional à procéder par appel d'offres pour respecter les règles de la concurrence.

«95% du chiffre d'affaires maintenu»

«Malgré cela, 95 % du chiffre d'affaires de l'Afpa a été maintenu ces trois dernières années» affirme-t-on à la région.

Hier après-midi, a l'issue de la réunion de bureau du Ceser exceptionnellement organisée dans les locaux de l'Afpa à Balma, Jean-Louis Chauzy a enfoncé le clou.

Dans un courrier adressé au président de région, il demande à Martin Malvy «de donner à l'Afpa les moyens d'assurer ses missions.»

 

http://www.ladepeche.fr/article/2012/12/01/1503146-avenir-de-l-afpa-chauzy-intervient.html

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (avenir-de-l-afpa-01122012.pdf)avenir-de-l-afpa-01122012.pdf[ ]277 Kb