"Les c... ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît"

"Les c... ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît"

Réplique des « Tontons flingueurs » 1963 Georges Lautner

lesc caosetout

Après la note de service du 29 février 2016 à l’ensemble des salariés où le personnel prend connaissance de la suppression pure et simple des 2 jours de fractionnement, puisque de fait poser 4 semaines de congés obligatoirement dans la période haute revient à ne plus pouvoir fractionner ses congés , la hiérarchie a le culot sur Agora de demander de façon détournée mais réelle, au personnel de participer à un crowdfunding pour sauver l’œuvre picturale de Guillaume Bottazzi sur un mur du centre de Beaumont.

 A quand un crowdfunding pour augmenter les salaires ? Crowdfunding qui pourrait être abondé par les chers, très chers hiérarchiques qui toucheront des primes si les salariés posent correctement les 4 semaines de CP en période haute !

 Vous n’y croyez pas ? Prenez donc connaissance de la note de service jointe adressée à la hiérarchie DC et MF et surtout ne ratez pas les 2 dernières lignes : EDIFIANT !

 

mail

Décidemment, nous n’avons pas les mêmes valeurs.

Pour résumer : le site Agora  signale au personnel une opération de crowdfunding destinée à restaurer une fresque installée au centre AFPA de Beaumont. L’initiative est certes louable et chacun d’entre nous comprend les nécessités qu’il y a d’enrichir et d’entretenir le patrimoine.

 Simplement, nous pensons que la DG via Agora se trompe d’interlocuteur. Ce ne sont pas les salariés  de l’AFPA qui voient leur pouvoir d’achat diminuer depuis 5 ans (blocage oblige)  qui pourront sauvegarder cette malheureuse fresque ; ni encore moins les futurs formateurs associés recrutés pour le futur [ ?] plan 500.000 et payés au lance pierres ….

 Une communication destinée aux hiérarchiques nous parait plus appropriée, et plus particulièrement ceux qui ont reçu des primes pendant que l’on demandait au commun des mortels de se serrer la ceinture ! (A nouveau, vous pouvez vous reporter à la note reproduite ci-dessus : Oui cela fait mal…)

 Nous n’opposerons pas sauvegarde de la culture et sauvegarde de l’emploi et de nos salaires ; mais  l’un ne va pas sans l’autre. Un travail et un salaire décents permettent au salarié de se développer personnellement grâce à la culture et l’éducation populaire.

 Les voilà, nos valeurs.

A moins que cette communication soit une provocation car tout de même le personnel est incité de façon détournée mais réelle à participer.Alors dans ce cas,  la valeur commune pourrait rapidement au sein du personnel devenir LA REVOLTE, car TROP c’est TROP, les mêmes qui sont privilégiés depuis des décennies vous expliquent comment vous passer du minimum pour qu’ils puissent jouir du superflus et continuer à faire bombance.

Pendant combien de temps encore accepterez-vous cette mentalité de plus en plus dédaigneuse et immorale de l’ensemble de la hiérarchie ?

Pendant combien de temps encore baisserez-vous la tête devant de plus en plus de sacrifices ?

 PREPAREZ-VOUS A L’ACTION,

VOTRE MOLLESSE FAIT LEUR FORCE, ILS EN ABUSENT…

OH LES C….

A propos de ceux qui osent tout.

 On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout.

 On le sait désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts.

Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines.

Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska.

Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition.

Ils nous vendront un air coté en Bourse.

Ils affameront des continents.

Ils sauveront les banques avec nos retraites.

Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant.

Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation.

Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs

et l’autre moitié au chômage.

Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine

plutôt que de toucher à leurs bénéfices.

Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront.

Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires.

Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques où les riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie.

Ils nous mènent là, tout droit.

 http://www.fakirpresse.info/Que-faire-Partie-1-3

 Révolte

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (crowdfunding V2.pdf)crowdfunding V2.pdf[ ]427 Kb