Le journal de SUD FPA en PACA – édition spéciale – occupation du parvis de la T9

SUD FPA occupe le parvis de la T9

(Lire la version pdf du journal)

Dernier Comité d’Administration de l’année le 11 décembre 2017 avant la bascule des collègues sur les filiales le 1er janvier 2018. Le syndicat SUD FPA décide de passer à l’action pour dénoncer la scission de l’AFPA, la paupérisation (symbolisée par les tentes), le futur licenciement des salarié-es en 2018 et la fin de la formation professionnelle pour tous.

Le temps de la tergiversation, c’est fini…. Le temps de l’action est venu.

Et vous, salarié-es de l’AFPA,
jusqu’où irez-vous pour défendre votre emploi ???

L’AFPA en 2018 : 600 salariés jetés en filiales + 600 suppressions d’emploi

 

 

L’AFPA voulue par l’Etat et les
Régions pour les entreprises

L’AFPA service public pour nos
concitoyens

80 centres en fonctions des besoins des entreprises et de la rentabilité

200 centres répartis sur l’ensemble du territoire pour permettre un accès égal à la formation

80 000 stagiaires

200 000 stagiaires avec accompagnement, hébergement, restauration

Des durées de formation de 200 heures pour des compétences jetables

1 000 heures de formation pour acquérir une qualification et un métier

Une AFPA portion congrue 5 000 salariés, la plupart dans des filiales et des précaires

10 000 salariés dans une entreprise unique

Absentéisme et risques psycho sociaux élevés, des boulots sans intérêts

La prise en compte du besoin du personnel de faire un travail de qualité

La pédagogie désincarnée

la pédagogie de l’AFPA

 

La formation professionnelle considérée comme :

un objet de consommation périssable

Un service public au service de la promotion sociale

La réponse au seul besoin économique des entreprises

Une réponse à un désir de formation professionnelle

Un moyen d’imposer aux stagiaires des formations pour les emplois non pourvus !

Une formation complète au métier

L’acquisition rapide d’une compétence temporaire pour des bras et des cerveaux interchangeables !

La qualification professionnelle pour la reconnaissance salariale

L’enfermement sur une offre restreinte de formation sur le territoire local !

La possibilité d’une mobilité nationale pour avoir vraiment le choix de sa formation

L’aiguillage administratif contraint en fonction de ses maigres droits personnels à la formation !

Une orientation globale en fonction de ses motivations et potentialités

Un discours sur l’accompagnement qui faute de moyens à la hauteur, n’est que de la « com » pour nous positionner sur un nouveau marché !

Un accompagnement global avec préparatoire, suivi, gîte et couvert

L’exécution des options idéologiques du Medef pour un travail sans qualité !

L’expertise pour le bien de la société, des personnes, des entreprises

Info du C.A du 11/12 : La casse s’accélère ! Ce ne sont plus seulement 300 postes qui, comme chaque année, vont disparaitre, mais plus de 650 en 2018.