Mais, Quintard, où va-t-il s’arrêter ???

Mais où va-t-il s’arrêter ???

Derniers échos du CRE Provence-Alpes-Côte d’azur du 19 février :

Notre Directeur Régional, Monsieur Jean-Marie Quintard, s’est encore permis quelques violents écarts de langage lors du dernier CRE PACA, s’en prenant personnellement aux gens et non pas à des fonctions ou mandats syndicaux. C’est inacceptable.

Monsieur fanfaronne, il n’est décidément responsable de rien. Ce sont les autres qui n’ont pas été à la hauteur. 30 ans d’ancienneté à l’AFPA et la perfection incarnée ; que devrions-nous nous réjouir de profiter de la chance qui nous est offerte ?

Personne n’est à l’abri de ses jugements de valeurs. Personne ne trouve grâce à ses yeux, ni les directeurs d’établissements, ni les managers, encore moins le personnel et les IRP. Il leur fait peser, sans états d’âme, l’entière responsabilité de la situation catastrophique de la région.

A travers les accusations de M. Quintard sur le manque d’initiatives et de compétences des équipes managériales des centres menacés de fermeture, ce sont l’ensemble des salariés qui vont en payer les pots cassés. Doit-on rappeler au directeur régional que le choix des équipes de direction de centre est de sa responsabilité ? Mais peut-on réellement parler d’incompétences locales alors même que le rapport APEX sur la situation économique met en avant le chiffre d’affaire des 3 centres de la PACA, supérieur à la moyenne des centres qui ne sont pas frappés de fermeture ?

Il pousse même le vice à tenter de s’approprier le travail des IRP et du personnel dans les centres menacés de fermeture (alertes des élus territoriaux, manifestations, tables rondes avec le Conseil Régional et les élus etc.), dans le cadre des solutions alternatives dont il s’auto proclame le grand ordonnateur !

Perte de mémoires peut-être ?

Ne se rappelle-t-il plus les AG avec la directrice générale D’Artois et le Président Géneslay où il expliquait que l’AFPA de demain, c’était sans Cannes, Istres et Gap ? Ou les réunions avec les élus locaux dans lesquelles il affirmait que la seule solution, c’était la chaine et le cadenas sur la grille, comme à Gap ?

Son morceau de bravoure télévisuel, la présentation d’ « AFPA village », l’art de conserver les murs et de vider le personnel, montre à quel point ce personnage est prêt à toutes les compromissions pour garder ses confortables émoluments jusqu’à la retraite.

Une seule vision de notre univers, le merchandising ! L’AFPA de demain selon Jean-Marie, bien loin de toute problématique humaine ou pédagogique, qu’il balaie d’un revers de main.

Son attitude hautaine et méprisante, ses déclarations constamment à charge pour tout le personnel, y compris ses cadres les plus proches (mais certains ne partagent-ils pas sa vision ?), démontrent que ce monsieur, malgré ses puissants appuis à la Direction Générale, est une personne contreproductive et dangereuse pour la santé des salariés.

Cette attitude sur notre territoire nous a valu depuis son arrivée, il y a deux ans déjà, la perte de confiance de tous nos partenaires et prescripteurs.

Est-il l’homme de la situation pour qu’un éventuel plan de transformation de l’AFPA fasse le moins de dégâts humains possible ?

Pour que les projets alternatifs dans les trois centres avec d’autres partenaires, mais aussi avec les salariés, se développent ?

La réponse est NON. Pas avec ce directeur régional là !

Le laisserons-nous être le fossoyeur de la PACA ?

La réponse est toujours NON !