Déclaration SUD FPA au CCE du 3 et 4/09/2019 concernant l’information-consultation sur la situation économique de l’AFPA

SUD FPA ne rendra pas d’avis. 

Alors que la situation économique est catastrophique de l’avis même des experts sur le constat de l’année 2018, l’année 2019 ne semble pas montrer la moindre amélioration.

Nous ne pouvons que faire nôtre la conclusion du rapport des experts du cabinet APEX…

« Au total, 10 ans après l’ouverture à la concurrence du marché de la formation et de l’orientation qui l’a déstabilisée, l’AFPA reste plongée dans des difficultés structurelles qu’elle n’a pas réussi à résoudre malgré les plans de refondation. Ses principaux administrateurs et financeurs (l’Etat et les Régions) ne l’ont pas accompagnée dans ce profond bouleversement. C’est dans ces conditions que l’AFPA a annoncé un très lourd plan de restructuration en octobre 2018 visant notamment à supprimer plus de 1 500 postes et à fermer 38 centres. »

Ce très lourd plan de restructurations va réduire de nouveau la capacité de production et l’implantation de l’AFPA sur le territoire. . Au lieu de chercher à développer l’activité – et la DG a bien précisé que ce plan n’était pas un plan de développement – , l’AFPA fait tout pour la réduire.

L’AFPA pousse même l’irresponsabilité jusqu’à concevoir un plan de départs volontaires ouvert à tous les salariés, sans avoir au préalable analysé les conséquences des départs sur l’organisation, faisant ainsi courir à l’agence le risque d’une complète désorganisation qui sera aussi préjudiciable à la santé des salariés et ce alors que le marasme financier est bien là.

Enfin, devant ce constat catastrophique, baser le renouveau de l’AFPA sur des projets aléatoires comme le village de l’AFPA ne peut que renforcer nos doutes sur les hypothèses de redressement émis par la direction.

La direction a eu l’occasion avec le jugement de Bobigny de revoir sa copie en reprenant tout à zéro. Elle est restée sourde. 

SUD FPA continuera son combat et ne laissera pas faire ce qu’il faut appeler une gabegie.