Un CHSCT intoxique les salariés…un délégué SUD répond.

Réponse envoyée au personnel par le délégué SUD

Bonjour
L’IC-CHSCT ne fait que son travail de protection des salariés contre les risques de RPS.
Je vous rappelle que le juge de Bobigny a suspendu le PSE car la Direction n’a rien mis en place sur la charge de travail et sur les risques psychosociaux de ceux qui vont rester dans l’entreprise après le PSE.
Vous souhaitez la reprise rapide du plan social pour qui :

. les centres qui vont fermer (Boulogne, Berck) dans la région

. Les collègues qui vont être licenciés après 15, 20, 25 ans d’AFPA.

. Les collègues qui vont subir une mutation interne, géographique ou professionnelle.

. Les collègues qui vont subir un avenant à leur contrat de travail sans en connaitre le contenu en termes de mobilité…

. Ou les collègues qui vont partir en PDV avec les belles indemnités que va leur donner la direction. (Indemnités certainement méritées).
Aujourd’hui, je pense que l’attente anxiogène est surtout pour ceux qui vont être licenciés, pour ceux qui vont subir les nouvelles organisations de travail avec de grands risques psychosociaux (d’après le rapport PROGEXA).
Et nous avons surtout besoin d’avoir des garanties sur nos organisations et conditions de travail de demain afin de pouvoir reconstruire l’AFPA.
Cdt
Je tiens à votre disposition le rapport PROGEXA

Le communiqué du CHSCT de Dunkerque Hazebrouck

Comme vous avez pu le lire, l’expertise sur les risques psychosociaux va se poursuivre. Cette décision est la conséquence du vote qui a eu lieu le 3 octobre lors de l’IC-CHSCT national.
Nous étions présents à cette réunion pour porter le mal-être actuel du terrain, mais souhaitions la reprise du plan social. Le résultat est tout autre puisqu’il est en faveur d’une expertise complémentaire, ce qui suspend la phase de démarrage du plan et maintient le personnel dans une attente anxiogène.
Le CHSCT a été convoqué à une réunion exceptionnelle le 7 octobre pour information concernant les impacts du projet de réorganisation ainsi que les conditions de travail de nos centres.
Lors de cette réunion, nous avons travaillé sur les risques et troubles psychosociaux auxquels le personnel est et sera confronté.
En cette période difficile, notre souhait est que le plan pour construire l’AFPA de demain soit une réussite et qu’il puisse démarrer au plus tôt.
Nous continuerons à défendre l’intérêt de tous et sommes à vos côtés pour tenter de répondre au mieux à vos questions.
Maryline Leroux – Michel Martel
CHSCT Dunkerque/Hazebrouck

Commentaire de SUD FPA : Est ce la mission d’un CHSCT d’intoxiquer le personnel, de créer la panique ? Un CHSCT n’est-il pas là au contraire pour prendre du recul, pour analyser en prenant en compte l’ensemble des faits ? Non, il ne semble pas que ce soit l’intérêt de tous que ces représentants du personnel défendent.